mercredi 4 janvier 2017
Agriculture biologique    Une récente étude scientifique quantifie économiquement les retombées de l’agriculture biologique! Commandée à l’Institut technique de l’agriculture biologique (France), l’étude « Quantifier et chiffrer économiquement les externalités de l’agriculture biologique? » se divise en trois catégories : environnement, santé et performances sociales.

L’exercice économique se base sur 280 références bibliographiques pour « identifier, caractériser, quantifier et chiffrer d’un point de vue économique les différentiels d’externalités entre l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle ». Par « externalité », les auteurs entendent «  l’activité de production d’un agent ayant une influence non marchande (positive ou négative) sur le bien-être d’un autre sans qu’aucun ne reçoive ou ne paye une compensation pour cet effet. Les externalités ne sont pas directement visibles et mesurables par le consommateur ». Les externalités analysées sont donc celles non prises en compte par le marché. Lorsqu’elles sont davantage positives que négatives, c’est qu’elles représentent un bénéfice pour la collectivité.  

En somme, les atouts de l’agriculture biologique sont multiples : qualité de l’eau, préservation de la biodiversité, protection des sols, pollinisation accrue, consommation d’énergie à l’hectare, bien-être animal,  santé, décélération de l’antibiorésistance, réduction des risques d’allergie, création d’emplois, etc. L’étude offre ainsi plusieurs pistes justifiant le soutien financier de l’agriculture biologique par la société. Une bonne nouvelle pour le marché de l'alimentation biologique!

Pour consulter l’étude complète: Sautereau N., Benoit M., Savini I., 2016, Évaluer et chiffrer économiquement les externalités de l’AB ? Synthèse de l’étude ITAB, 20 p.
 

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.